Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Nouvelle collection : Openwater
Avantages pour les membres d'Orca
Retour sous 14 jours
Livraison gratuite pour les commandes supérieures à 100€
Revenir

ANDREW STARYKOWICZ REVIENT SUR L’EXPÉRIENCE VÉCUE AUX CÔTÉS DE SON PARTENAIRE DE SWIMRUN, JARR

Starykowicz nous parle de son expérience dans la préparation et la participation au célèbre SwimRun NC, s'est déroulé en novembre en Caroline du Nord, aux États-Unis.

Starykowicz nous parle de son expérience dans la préparation et la participation au célèbre SwimRun NC, s'est déroulé en novembre en Caroline du Nord, aux États-Unis.

ANDREW STARYKOWICZ - Professional triathlete

L’idée de me rendre à une compétition sans vélo m’est totalement inconnue. Traverser l'aéroport avec un sac à roulettes contenant des lunettes de natation, deux paires de chaussures de course, une combinaison Orca SwimRun, des plaquettes et un pull-buoy fut la première étape vers cette découverte.

Je suis arrivé à Hanging Rock le vendredi, et j'ai commencé à étudier le site en détail. J'ai commencé à la ligne de départ/arrivée en scrutant le terrain des premier et dernier segments de course à pied, et du dernier segment de natation. Le volume d’eau était deux fois moins important que d’habitude. Cela signifie que la profondeur de l’eau était de 45 à 60 cm à travers la majeure partie de la rivière, avec quelques endroits plus profonds où l'on pouvait nager, et depuis la rive, on pouvait facilement reconnaître les espaces en question. J’ai marché dans la rivière pour étudier le sol : c'était soit du limon (dans lequel on s’enfonce facilement), soit des cailloux et rochers très glissants. Nager était la seule option.

Le samedi, j'ai parcouru le segment situé près du lac Hanging Rock, y compris la montée vers le Moore's Wall. La vue depuis le sommet du Moore's Wall était magnifique, et je suis heureux de l'avoir gravi avant la course et d'avoir pu en profiter, car je savais que je n’apprécierais pas le paysage et l’ascension de la même manière le jour J. Au bout du compte, j'avais parcouru plus de 16 km en 24 heures, mais je connaissais parfaitement le parcours et j'ai pu informer mon coéquipier Jarrod Shoemaker, arrivé tard le samedi, des détails du parcours.

Le jour de la course était aussi celui du passage à l’heure d'été, donc Jarrod et moi avons pu faire la grasse matinée avant la compétition. Jarrod était principalement préoccupé par l’eau à 10°C et par la température ambiante de 4°C en raison d'un front froid qui s'était installé sur la côte Est. Personnellement, étant un habitant du Midwest, je n'étais pas trop inquiet ; ce sont mes conditions météorologiques préférées.

Notre stratégie de course était simple, Jarrod donnait le rythme en course à pied, et je menais la partie natation. Nous avions prévu d’attaquer le premier segment, qui faisait 7,5 km avec deux montées de cascades, en 2e ou 3e vitesse et d'ajuster à partir de là. Sur la ligne de départ, le fait de ne connaître personne et de ne pas savoir qui était là pour concourir était déroutant.

Au début de la course, tout le monde portait des masques et nous avons couru les premiers 500 mètres avec, avant de les jeter dans une poubelle. Les premiers 800 mètres étaient sur une route en gravier, propice à une compétition serrée. Alors que nous nous approchions du single track, qui allait déterminer les 6 km+ suivants, de nombreuses équipes se bousculaient pour se placer entre la 2e et la 5e position. Alors j’ai mis ma main sur le dos de Jarrod et je l'ai doucement poussé vers la tête. Je ne voulais pas me retrouver derrière une équipe lente qui aurait démarré trop fort. J'avais déjà parcouru ce sentier, et je savais que la seule façon de tenir les 5 km suivants était de « laisser » passer quelqu'un. Jarrod a dicté un rythme constant, soutenu, mais raisonnable sur la montée de la rivière au lac, qui engageait plus de 300 mètres d'ascension. Je voulais accélérer, mais Jarrod, qui participe à des courses d'aventure depuis qu'il a pris sa retraite du triathlon professionnel, avait une meilleure idée de la manière dont se déroulent ces courses.

Nous avons atteint la première série de chutes d'eau, et une équipe est passée devant nous en sautant entre les roches, tandis que Jarrod et moi avons soigneusement remonté le lit du ruisseau et traversé les chutes d'eau. Nous avons atteint le lac, après 7 km de single track, deux traversées de cascades, et 300 mètres d’ascension en un peu plus de 40 min. C’était le moment de se mettre à l’eau !

J'avais froid au départ, puis très chaud au moment d’entrer dans l’eau. Je n'ai même pas décroché les plaquettes de ma ceinture, ni mis mes lunettes, ni placé le pull-buoy entre mes jambes pour cela. J'ai oublié que je disposais de ces outils et j'étais tout simplement en mode sauvage. Ce n'était qu'un plouf de moins de 25 mètres à travers une baie, mais ça m'a bien refroidi.

Le segment de course à pied suivant présentait 400 mètres de single track le long du lac, prélude aux premiers 500 mètres de natation. J'ai donc ralenti un peu mon rythme pour me préparer à nager. J'ai mis mes plaquettes au poignets, mes lunettes et mon pull-buoy entre les jambes en entrant dans l'eau. J'ai regardé par-dessus mon épaule pour demander à Jarrod si nous étions prêts, et il est entré dans l'eau à toute vitesse. J'ai ri ; c’est parti !

Je n’avais pas nagé dans une eau aussi froide depuis plusieurs années. Au début, j’ai gardé la tête en dehors de l’eau pour éviter tout choc ou réaction hypothermique. J'ai nagé à un rythme régulier, avec Jarrod juste derrière moi, et nous avons pris la tête. Je suis sorti de l'eau et j'ai remonté la digue, et la première chose qui est sortie de la bouche de Jarrod a été : « P*****, C’EST FROID ! » J'ai répondu : « C’était rafraîchissant. »

Il ne restait plus que 400 mètres à parcourir à travers un ravin avant de reprendre un segment de natation d'environ 25 mètres. Cette fois, j'ai au moins utilisé mes plaquettes qui étaient encore sur mes poignets depuis le segment aquatique précédent. La température du corps baissait rapidement avec toutes ces transitions entre eau froide et air encore plus froid. Nous avons couru 400 mètres jusqu'aux 500 mètres de natation, et cette fois, je suis entré dans l'eau comme une fusée, avec Jarrod qui me talonnait. Alors que nous traversions le lac, je ralentissais sans cesse pour ne pas perdre Jarrod. En sortant de l’eau, je pensais qu'il avait des crampes dues au froid.

Je lui ai demandé s'il allait bien, et il a bafouillé quelques mots incompréhensibles. Nous nous sommes donc arrêtés au poste d'assistance et avons rechargé un peu les batteries avant d’attaquer le segment suivant, qui comprenait près de 9 km de montée et descente jusqu’au Moore's Wall, 250 mètres supplémentaires d’ascension, incluant 642 marches en pierre irrégulières.

Au moment d’entamer la montée, une équipe nous talonnait. En montant les marches, j'ai rapidement dépassé Jarrod en utilisant ma force de cycliste, en poussant sur chaque marche comme sur des pédales. Quand nous avons atteint la tour d'observation, nous avions marqué une certaine distance avec l’équipe derrière nous. Là, on nous a pris en photo, conformément aux règles de l’épreuve pour prouver que nous étions arrivés au sommet. Puis nous avons commencé la descente sur l'autre versant. Nous avons tous deux décidé d'y aller doucement et de jouer la force tranquille. L'équipe qui nous suivait nous a dépassé sur une section casse-cheville. Ils ont rapidement disparu de notre champ de vision et de nos pensées. Une fois en bas, nous avons repris un bon tempo, mais la question était de savoir si l'on pouvait encore gagner.

Nous repartions pour deux séquences de parcours supplémentaires. Nous avons encore une fois parcouru les 25 mètres à la nage comme des taureaux dans un magasin de porcelaine, n'utilisant aucun élément de notre équipement. Sut les 400 mètres de course suivants, nous nous sommes préparés pour les 500 mètres de natation qui nous attendaient. Étant bien réchauffé, j’ai nagé la tête en dehors de l’eau jusqu'à la première bouée pour ne pas me refroidir. Je suis resté attentif pour estimer la distance qui nous séparait des coureurs en tête, elle semblait être de 200 mètres. Sur ce segment aquatique, Jarrod avait été bien plus performant que sur le précédent, et au moment où nous sommes sortis de l'eau, l’équipe leader n’était plus qu’à 75 mètres environ. J'ai tendu le bras et tiré Jarrod hors de l'eau pour que nous ne perdions pas de temps à retrouver notre équilibre et nos repères après nous être refroidis.

Après avoir attaqué les 25 mètres de nage pour la dernière fois, j'ai dit à Jarrod que nous devions nager comme cela encore une fois pour prendre la tête, avec une certaine marge. Il a répondu : « Assure-toi que je reste sur tes talons. » Comme lors de la deuxième traversée de la première séquence, Jarrod a commencé à avoir des difficultés à mi-chemin, juste au moment où nous sommes passés en tête. Pour la première fois de la journée, je me suis dit que l'élastique aurait été une bonne idée.

Je suis sorti de l'eau avec le feu au ventre et une douleur vive aux yeux. Il restait environ 10 km avant la ligne d'arrivée. J'ai sorti Jarrod de l'eau, et nous nous sommes dirigés vers la traversée des cascades. Les mains de Jarrod étaient si froides qu'il n'arrivait pas à accrocher ses plaquettes à sa ceinture de course, alors je les ai prises et accrochées à la mienne. Nous avons atteint les cascades et emprunté une série de cordes pour les remonter. Nous avions été très efficaces, et à présent, le moment décisif nous attendait. En sortant du chemin de la cascade, nous avons remarqué que l'équipe en troisième position n'était pas loin derrière. Ce n'était pas une course à deux chevaux, mais à trois chevaux. Ils étaient à peu près à 2 min derrière. Au bout de 2 h 30 de course, trois équipes à moins de 2 minutes d'intervalles.

Ce segment de course en descente nous convenait mieux que le précédent. C'était le single track que nous avions emprunté jusqu'au lac, et nous le descendions à présent. Nous avons gardé un rythme de course soutenu, en regardant constamment derrière nous. Le bruit de toutes les plaquettes sur ma ceinture nous donnait l’impression que quelqu'un suivait nos pas. Enfin, lorsque nous avons atteint le pont avec les trois ponceaux en béton, j'ai commencé à me préparer pour la nage finale.

J'ai suivi l'eau profonde jusqu'à ce qu'elle disparaisse, puis j'ai essayé de la retrouver. Je me suis mis debout pour tenter de discerner le chemin de l'eau profonde, mais il était évident que la technique de la salamandre serait l'option la plus compatible et la plus directe. Puisque nous n’étions pas suivi de très près, Jarrod et moi avons slalomé tout en appréciant les cinq/dix dernières minutes de la course. Nous avons traversé la rivière en nageant quand nous le pouvions et en esquivant les rochers le reste du temps (ou en les percutant parfois).

Le segment final de course à pied n'était que de 100 mètres, avec de belles marches d’escalier plates et régulières jusqu'à l'arrivée. Jarrod et moi étions un peu surpris d'avoir réussi. Oui, nous avions un avantage avec nos accolades sur la route, mais il n'y avait pas de goudron impliqué dans cette course. Il n'y avait pas de vélo, seulement des segments de single track et d’eau froide. Jarrod m'a appris que la patience était la clé, parce si j’avais couru et nagé au rythme que je voulais, je ne sais pas si j'aurais atteint la ligne d'arrivée sans avoir d'importantes crampes.

Le swimrun est une discipline pure, tout comme le triathlon, dont je suis tombé amoureux lorsque j’ai commencé à la pratiquer, il y a plus de 20 ans. À l’époque où la plupart des courses étaient à distance unique, les gens concouraient pour se défier entre amis et non pour revendiquer un record personnel ou se positionner. Il s'agit davantage d'une communauté. C’est un défi difficile qui n’implique que la volonté propre du sportif, à l'exception de son équipe et d'un sifflet d'urgence. Si cela vous intéresse un tant soit peu, essayez. Si vous n'y trouvez pas l'intérêt, j’en suis désolé.

 

À PROPOS D’ANDREW STARYKOWICZ

Andrew Starykowicz fait partie de la famille Orca depuis plus de 10 ans. Pendant ses années passées à nos côtés, il a remporté plusieurs Ironman 70.3, dont quelques-uns en tête de peloton. Il est le premier Américain à avoir terminé un Ironman en moins de 8 heures (en 2013). Non seulement Andrew représente Orca sur le circuit de course, mais il participe au développement des produits, permettant à la marque de rester à la pointe. Suivez Andrew sur son site Web, AndrewStarykowicz.com, ou sur Instagram, @Starykowicz.

Articles Similaires

We believe that you are in United States.

Quieres cambiar a tu región?

You are currently on the Belgium website. We recommend you choose your country so you can complete an online purchase.



You can also consult the other countries and languages. See all.

Sélectionnez votre emplacement.

america
europa
Austria
Austria
Denmark
Denmark
Deutschland
Deutschland
España
España
France
France
Ireland
Ireland
Italia
Italia
Nederland
Nederland
Portugal
Portugal
Sweden
Sweden
United Kingdom
United Kingdom
Autres pays
International
International
Pas de boutique en ligne

Newsletter

Abonnez-vous à notre bulletin d'information et rejoignez la communauté Orca

Dans votre espace personnel, vous pourrez définir toutes les options de communication entre nous.

Vous avez déjà un compte ? Démarrer session

Démarrer session

Mot de passe oublié ?

Récupérer mot de passe

Saisissez votre adresse e-mail et nous vous enverrons des instructions pour restaurer votre mot de passe.

Trouvez votre taille

Nous vous aidons à trouver votre taille de combinaison ORCA.. Saisissez les données suivantes..

Poitrine
Hauteur
Poids
Poitrine
Hauteur
Poids

Comment prendre ses mensurations

Il est recommandé de prendre ses mensurations sans porter de vêtements

Prenez le mètre ruban et placez-le sur la partie la plus volumineuse de la poitrine.

Maintenez le début du mètre ruban et faites le tour de votre poitrine, en gardant le ruban droit, jusqu'à le raccorder au point de départ.

Munissez-vous d'un livre, d'un miroir de poche et d’un crayon.

Enlevez vos chaussures et tout accessoire que vous portez sur la tête.

Tenez-vous bien droit·e le long d’un mur sur un sol totalement plat, les pieds joints.

Tenez-vous bien droit·e le long d’un mur sur un sol totalement plat, les pieds joints.

Positionnez le livre en position horizontale sur votre tête. À l’aide du miroir, vérifiez que le livre soit bien placé. Faites une marque au crayon sur le mur juste au dessus de votre tête.

Une fois la marque effectuée, munissez-vous du mètre ruban. Mesurez la distance entre le sol et la marque.

Montez sur la balance, sans porter aucun vêtement ni accessoire, et reportez votre poids.

Trouvez votre taille